Le Régime Huile-Protéine du Dr Johanna Budwig

Dr Johanna Budwig: L’huile de linette, comme aide véritable

contre l’arthrite, l’infarctus, le cancer et autres maladies (II)

Copyright © 2005 Tous droits réservés. Healing Cancer Naturally

Suite de la page précédente

Dans la formation de secrétions muqueuses, c’est l’interaction particulière des graisses insaturées, superficiellement actives, ces graisses qui pénètrent la surface, et des protéines, qui est souveraine. Il n’y a aucune glande, ni le foie, ni le pancréas, ni les glandes dans les cavités du haut du corps, les amygdales, les glandes salivaires et autres, ni les glandes des cavités du bas du corps, qui peuvent produire du mucus, quand il y a un manque de graisses insaturées. Le dessèchement des membranes muqueuses est aujourd’hui répandu et est souvent une cause de plaintes. On remédie facilement à ce problème en amenant à nouveau au corps des graisses naturelles, hautement insaturées, et cela est révélateur. Les graisses étrangères au corps bloquent le métabolisme des autres graisses dans les glandes délicates, les capillaires et les stations de filtration. De telles huiles solidifiées et traitées par la chaleur doivent être évitées. Alors seulement, les fonctions vitales retourneront à la normale—les secrétions glandulaires en très peu de jours, parfois en 24 heures. Le problème de base des diabétiques est en fait un affaiblissement du système du métabolisme des graisses, et non celui de la conversion du sucre. Le problème de l’assimilation du sucre n’est que secondaire.

Un manque de graisses hautement insaturées est particulièrement évident en ce qui concerne le fonctionnement du cerveau et des nerfs. Un ajustement vers un régime contenant de l’huile et des protéines, riche en graisses insaturées, amène le meilleur résultat chez les enfants. J’ai souvent observé cela en étant appelée pour traiter des patients atteints du cancer. En général, je recommande que toute la famille ajuste son régime pour utiliser les graisses optimales, naturelles. De même pour les enfants dont la performance scolaire est souvent en dessous de la moyenne—et c’est habituellement le cas dans les familles où les parents ne mangent pas correctement—les résultats d’une consommation optimale de graisses commencent normalement à apparaître dans l’amélioration des résultas scolaires non d’un, mais de deux niveaux.

La fonction du cœur est affectée de trois façons quand il y a une quelconque anomalie dans le métabolisme des graisses. Les graisses ingérées sont transportées via le système lymphatique. D’abord le sang, c-à-d le sang veineux que la corps a utilisé diversement et qui est pauvre en oxygène ; avant que celui-ci ne circule dans le ventricule droit du cœur, chaque battement de cœur dépose du fluide lymphatique dans le sang, c-à-d de la graisse corporelle directement du système digestif. Le sang qui remplit le ventricule gauche vient des poumons et est fraîchement oxygéné. Les différences de potentiel électrique en rapport avec le courant entre le sang veineux nouvellement chargé en graisse dans le ventricule droit et le sang oxygéné dans le ventricule gauche sont directement impliquées dans la génération des courants en relation avec l’action du cœur. Cela est immédiatement reconnaissable anatomiquement, et peut être mesuré avec précision. Si alors, il y a un manque de nouvelles impulsions électriques pendant ce rechargement en graisse et si la graisse est chargée de graisses inertes et paralysantes, alors le cœur dit “Non !” —il rejette ces graisses qui s’accumulent dans les vaisseaux corollaires et ensuite sur le muscle entier. De plus, comme il a été prouvé scientifiquement depuis longtemps, simultanément le muscle cardiaque souffre du manque d’une substance qui joue un rôle majeur dans l’oxygénation, la respiration et la régénération du muscle cardiaque lui-même. Cette substance, que je ne mentionne que par intérêt scientifique est connue comme ‘cytochrome oxydase’ et correspond à la substance que Warburg appelait ”das gelbe Atemferment” [l'enzyme respiratoire jaune].

Ainsi, quand le cœur, au moyen de graisses isolées, solidifiées, montre que la mauvaise sorte de graisse est ingérée, alors il existe un manque de graisses optimales essentielles à l’action et au fonctionnement du cœur. Et c’est exactement dans cette situation que les graisses hautement insaturées manquent aussi dans le sang. L’oxygénation du sang via les poumons est gênée et le cœur est donc obligé de pomper la même quantité de sang à travers le corps trois ou quatre fois avant que les tissus ne soient convenablement fournis en oxygène. Maintenant, comme troisième élément dans cette situation, apparaît le fait que seule les graisses naturelles peuvent facilement faire leur chemin à travers les plus fins des réseaux de capillaires. Les graisses solidifiées, inertes, agglomérées n’agissent que comme obstacles supplémentaires dans le sang. En Amérique, il a été prouvé que des animaux privés de nourriture libèrent immédiatement des graisses dans les plus gros vaisseaux sanguins, les aortes et artères, quand leur régime précédent ne contenait que des graisses saturées. L’état connu comme “durcissement des artères” a été longtemps compris médicalement comme une anomalie dans le métabolisme des graisses—comme un isolement de la graisse. Quand ces mêmes animaux sont nourris avec une quantité équivalente de graisse hautement insaturée avant leur jeûne, alors un tel isolement de graisse pendant le jeûne ne se produit pas. Ces quelques dernières années, en particulier l’année dernière, certaines expériences intéressantes ont été faites sur des rats. Je lisais hier dans le journal Die Weltwoche que nos enfants atteignent la maturité physique de plus en plus tôt et cela commence à soulever de l’anxiété. La criminalité et d’autres problèmes sociaux ont été mis en relation avec ce facteur. Les tests sur des rats et des souris ont montré dans des expériences que lorsque les animaux d’une portée sont nourris en partie avec des graisses solidifiées —on peut utiliser du beurre d’arachide solidifié, il n’est pas nécessaire de leur donner la pire graisse disponible—et les autres sont nourris avec des graisses naturellement hautement insaturées, on observe que les animaux manquant des graisses insaturées et à qui on a donné des graisses solidifiées, mûrissent physiquement beaucoup plus tôt. Le cycle d’accouplement est perturbé. L'article ajoutait: “ils vont s’accoupler intensivement.” Les jeunes animaux dans cet état vont griffer brutalement leurs cages; mais pas ceux avec un métabolisme normal. Le cycle d’accouplement est perturbé, les jeunes mâles étant stériles et les femelles donnant naissance à des jeunes morts ou mourants. Il y a quelques semaines, un article important me tomba entre les mains. L’origine en était le Professeur Dam au Danemark. Par son travail, il appartient en fait au camp du syndicat de la margarine, mais après beaucoup de batailles, il a décidé après tout, de rendre hommage à la vérité. Il a publié ses découvertes que, chez les jeunes animaux mâles, les testicules et les glandes avoisinantes sont déficientes en sperme après huit semaines d'alimentation en graisses solidifiées—du beurre d’arachide solidifié. Des anomalies apparaissent sur la peau, leurs poils tombent et l’animal tout entier est en mauvaise condition. C’est aussi confirmé par les changements extrêmes dans les reins.

Un autre test n’utilisait que deux aliments comme agents pathogènes—des articles tels que ceux que l’on trouve dans les magasins de bonbons et des saucisses—rien d’autre. Les animaux montrèrent des symptômes de déficience nutritionnelle comparable et commencèrent à se mâcher l’un l’autre, comme une indication de cela.

Il y a quelques années, je soignais un patient cancéreux à Lucerne quand la mère me présenta ses deux enfants, 12 et 14 ans. Les enfants étaient très suralimentés, le garçon étant maladivement obèse et la fille ayant un aspect maladif. La mère se plaignit du mauvais comportement de ses enfants. Je lui dis que je la comprenais. Ensuite, j’accusai la nourriture qu’elle préparait. La femme le nia. Sa fille ne voulait pas lui obéir ni se comporter gentiment avec elle. Après une longue discussion sur d’autres sujets, je lui dis au revoir et me retournai pour partir. La fille se glissa par une porte latérale et m’attrapa dans le couloir, me demandant à voix basse : “Comment s’appelle le médicament que je peux prendre pour faire de moi une bonne fille ? Pouvez-vous m’en donner ?” Je donnai à la fille un mélange de graines de lin et de miel, riche en graisses hautement insaturées. Cette jeune fille n'aurait pas pu mieux décrire la situation générale aujourd’hui—le problème de la jeunesse. Il n’est pas vrai que la jeune génération n’a pas de volonté. Somme toute, j’accuse principalement la génération plus âgée, qui, très souvent, pour des raisons commerciales honteuses, raffine la nourriture et réduit leur contenu en graisses essentielles. Toute la situation est illustrée par notre jeune génération aujourd’hui. Ce ne sont pas tous les problèmes moraux de comportement qui peuvent être résolus en absorbant des graisses et des huiles—mais je vous assure que les effets sur notre société d’une normalisation des graisses dans notre alimentation sont énormes. La vie de couple est souvent compliquée par des difficultés clairement en rapport avec un régime incorrect et ses répercussions sur le métabolisme des graisses et, par réaction, son influence sur la vie sexuelle du couple. Et les relations sexuelles humaines peuvent être influencées très positivement, comme l’expérience l’a souvent montré, par des graisses naturelles hautement efficaces dans l’alimentation.

On pourrait, en rapport avec les organes malades, considérer les cas individuels dans le domaine étendu des maladies de la peau. La maladie du rein est très indicative ici. Le professeur Dam, du Danemark, que je viens de mentionner, a publié que dans le cas de ces jeunes rats, dans les huit semaines, on pouvait observer des anomalies fonctionnelles extrêmes et, histologiquement, l’atrophie de la substance du rein elle-même. Les systèmes fins de filtration dans les reins consistent en des membranes lipoïdiques extrêmement fines qui contiennent des graisses insaturées présentes là parce que, comme filtres, leur activité superficielle est essentielle. Les membranes sont facilement extensibles et n’ont pas de cohésion comme dans le tissu cancéreux. Je ne veux pas approfondir la fonction de chaque organe et sa relation aux troubles du métabolisme des graisses mais pour terminer ces remarques je discuterai les domaines étendus des troubles dans la croissance et la prolifération des cellules.

Dans les cellules en croissance, nous trouvons une dipolarité entre le noyau ayant une charge électrique positive et la membrane de la cellule chargée négativement, avec ses acides gras hautement insaturés. Quand la cellule se divise, c’est le noyau de la cellule qui commence. Le corps de la cellule et la cellule fille sont alors séparées et détachées par la membrane lipoïdique. Quand une cellule se divise, l’aire de sa surface est plus grande et doit, nécessairement, contenir suffisamment de matériel dans cette surface avec ses acides gras, pour être capable de séparer la nouvelle cellule complètement de l’original. La croissance normale se distingue toujours par une ligne de conduite clairement définie. Dans l’ensemble de nos peau et membranes, et celle de l’adulte aussi, il y a des processus de croissance continus. Les vieilles cellules doivent se scinder avec de nouvelles se formant en dessous. Quand ce processus est interrompu, cela signifie que le corps commence à mourir.

La vie de la cellule dépend également du fonctionnement des graisses insaturées dans la membrane, la peau extérieure de la cellule. L’ensemble des aliments, particulièrement ceux concernant le métabolisme de l’eau et son assimilation, sont tous dépendants d’un fonctionnement correct de l’absorption de graisses hautement insaturées dans leur interaction avec la protéine du plasma cellulaire. La substance protéinique aussi doit être continuellement renouvelée. Il a déjà été clairement établi que les carcinogènes, ou substances chimiques connues pour causer le cancer, s’attachent aux parties de la cellule qui reproduisent la substance cellulaire, et dans la membrane lipoïdique extérieure, là où les graisses hautement insaturées sont particulièrement localisées.

En ce qui concerne la préservation de la structure du corps vivant, la dipolarité du champ électrique entre graisse et protéine est d’une importance fondamentale. Si cette dipolarité entre les graisses hautement insaturées et la protéine contenant du soufre est détruite, par exemple à cause de graisses ayant été solidifiées avant d’être ingérées, cela signifie que leur charge électrique a été enlevée de sorte que la contre-polarité pour maintenir un champ électrique manque. En résumé, la batterie est vide. C’est exactement pareil avec une batterie de voiture—quand un pôle est enlevé, le courant ne passe plus. Un chercheur américain bien connu a déjà essayé de libérer la médecine du diagnostic d’interconnexions simplement à partir d’une observation localisée. Son nom est Selye et son célèbre livre est “Le Syndrome d’Adaptation”. Il remarque qu' un organisme en bonne santé est bien capable de s’adapter à toutes sortes de circonstances étrangères—au froid ou à la chaleur, à une hyperstimulation des nerfs ou à toute autre exigence auquel on le soumet. Il appelle ces exigences ‘stress’ et écrit que tout dépend de la capacité à recharger la batterie de la vie. “J’ai l’impression, parfois, que cette batterie de la vie n’est pas convenablement rechargée.” Et en rapport avec cela, l’importance des graisses insaturées riches en électrons est particulièrement claire. Ce sont ces électrons qui sont capables de recharger nos batteries. Tous les symptômes d’une batterie déchargée sont toujours étroitement juxtaposés avec la manifestation de l’état que nous appelons tumeur, cancer ou hypertrophie, c.-à-d. —myome. De telles tumeurs ne sont qu’une manifestation dans tout le système complexe que je viens de décrire.

La formation de tumeurs se produit habituellement comme suit : dans ces aires du corps qui, normalement, hébergent beaucoup de processus de croissance, comme dans la peau et les membranes, les organes glandulaires, par exemple le foie et le pancréas ou les glandes dans l’estomac et l’appareil intestinal—c’est là que le processus de croissance est arrêté. Parce que la dipolarité requise manque, à cause du manque de graisse insaturée, le cours de la croissance est perturbé—les graisses superficiellement actives ne sont pas présentes, la substance devient inactive avant même que le processus de maturité et de scission des cellules ne prenne place. J’insiste : il n’est pas correct de regarder le problème des tumeurs simplement comme un problème d’hypertrophie et du coup, d’initier toutes sortes de traitements inhibant la croissance, tels que radiothérapie, hormones et cortisone. Je suis bien consciente que c’est là une déclaration provocante. Je le savais quand j’ai dit la même chose il y a quelques années à la radio en 1956. Mais ces choses doivent être dites haut et clair de sorte que ceux qui souffrent puisse finalement obtenir une aide efficace. Comme justification de ce que j’ai dit, et peut-être pour faciliter la prise d’une décision difficile concernant tout ceci, je peux ajouter : quand le Zentralausschuss für Krebsforschung (Comité Central pour la Recherche sur le Cancer) en Allemagne, représenté par trois professeurs, tenta d’entreprendre une action légale contre moi, simplement pour cette déclaration que j’ai faite devant vous, le juge président déclara : “Les documents et papiers du Docteur Budwig sont concluants. Il y aurait un scandale dans le monde scientifique, parce que le public supporterait certainement le Docteur Budwig.” Il conseilla aux professeurs de retirer leurs accusations mais ils s’obstinèrent et ne l’écoutèrent pas. Alors, même le Vice-Chancelier de l’Université, lui-même un juriste, s'en mêla. Toute l’affaire fut déclarée nulle et non avenue pour éviter des protestations publiques.

Si ce que je prétends être vrai était trop tiré par les cheveux, les choses auraient tourné tout différemment. C’est la seule conclusion pouvant être tirée des remarques que j’ai faites, et je déclare platement que le traitement hospitalier aujourd’hui, dans un cas de croissance tumorale, très certainement conduit à un empirement de la maladie, ou à une mort plus rapide, et chez les gens sains, cause rapidement le cancer. C’est pour ces raisons que, lorsque je donne des conseils sur l’alimentation, ce que je fais souvent avec des patients, je ne peux pas permettre que d’autres méthodes, telles que des inhibiteurs de croissance, soient employées. La prise d’huile et de protéine que je conseille consiste en une nourriture simple, principalement la graisse la plus active que je connaisse—l’huile de graines de lin—sous une forme facilement digestible, accompagnée de fromage blanc et, comme consolation pour les gourmets parmi vous, en repas appétissants et savoureux. Cela a été testé de nombreuses années par les Suisses qui le trouvent agréable au goût quand il est préparé convenablement. Il existe un livre de recettes disponibles pour les nouveaux venus. Cette simple nourriture corrige les processus de croissance stagnants, causant ainsi de manière naturelle la dissolution de la tumeur ou des tumeurs, et l’ensemble des symptômes indiquant une “batterie morte” sont guéris. En peu de temps, le patient se sent de nouveau bien. Il est préférable, cependant, de ne pas attendre que trois ou quatre docteurs aient déclaré la tumeur incurable—mais plutôt, votre principale tâche est de recouvrer complètement votre santé par une alimentation optimale.

Je suis enchantée de voir que récemment en Allemagne, des jeunes et des athlètes ont pris conscience de ces questions. Les rapports d’exploits athlétiques mentionnent souvent que les athlètes russes ont analysé de près leur absorption d’oxygène pour leurs performances. C’est un aspect clair d’un problème central, non seulement pour les hôpitaux, mais aussi pour les experts en réforme de la santé.

Beaucoup d’idées viables ont été avancées dans la question des styles de vie sains. L’exercice physique dehors au grand air est certainement bénéfique, et les aliments naturels tels que je les ai décrits sont toujours ce qu'il y a de mieux. Mais tout cela compte pour rien quand la question des graisses n’est pas comprise. Aujourd’hui, dans notre civilisation occidentale compliquée actuelle, avec ses anomalies et ses excès, nous avons besoin des graisses optimales pour recharger nos batteries physiques et mentales. Et je suggère que ceux d’entre vous qui hésitent à passer le pas—le tentent seulement pendant trois jours ! Et si, après ces trois jours d’ingestion d’alimentation ajustée, avec ses graisses naturelles optimales bénéfiques et en excluant toutes les autres graisses indigestes, nuisibles, et les poisons respiratoires trouvés dans les conservateurs alimentaires—considérez seulement comment vous ingérez ces substances—et si, après avoir suivi ces ajustements pendant trois jours, vous retournez alors à vos schémas d’alimentation antérieurs, ce dont je doute, alors, vous pouvez m’écrire. Je vous rembourserai toutes les dépenses encourues. J’ai souvent promis dans des cas individuels : “Je vous donnerai 100 CHF, si vous voulez vraiment revenir à vos anciens aliments” —cela, en particulier, avec des patients très malades, quand il n’est pas possible de tenir une conversation ou de donner une conférence, quand il s’agit simplement de tranquilliser et d'aider quelqu'un à surmonter ses préjugés quelconques contre ces huiles naturelles. Vous aurez la possibilité, après une courte interruption, de poser vos questions, qui peuvent se rapporter à cet aspect pratique. Mais veuillez réfléchir soigneusement, ça ne prend pas beaucoup de temps—ces graisses saturées et les graisses semi-saturées sont inertes et ne sont d’aucune utilité à votre corps. Cela n’a rien à voir avec le fait de suivre un régime diététique strict particulier—c’est simplement une question de reconnaître ce qui, en ce moment, est de valeur optimale pour nous tous, de reconnaître ce qui est une nourriture peu bénéfique et aussi hautement toxique. Cette décision quant aux substances que vous mangez vous appartient entièrement. J’ai souvent constaté que lorsque, pendant les discussions quelqu’un pose une question, vient alors une longue liste d’aliments avec la question “Est-ce bon pour nous ? Ceci ou cela est-il acceptable ou nuisible ?” Veuillez ne pas m’interroger sur les produits particuliers de telle ou telle firme. Pensez aux principes essentiels et achetez les huiles qui sont reconnaissables sous leur propre nom descriptif. Je suis toujours très sceptique sur les noms pleins d'imagination et vous aurez une plus grande assurance d’une meilleure valeur pour votre argent quand vous savez ce que vous achetez—huiles de tournesol, de graines de lin, de sésame ou de graines de pavot (ou oeillette). Je ne puis vous donner une quelconque information sur les graisses ou huiles ayant des noms fantaisistes—parce que c’est tout un domaine en soi. Si j’étais une ménagère, je voudrais savoir ce que j’ai pour mon argent—et les bonnes graisses épargnent de l’argent.

Les animaux qui ont été nourris avec des graisses solidifiées ou des graisses saturées, inertes, mangent six fois plus de graisses et six fois plus de nourriture. Beaucoup d’argent est épargné en achetant la bonne sorte de graisse. Je ne sais pas s’il y a quelque chose à ajouter quant au côté purement pratique. Il s’agit simplement d’inclure des graisses naturelles hautement insaturées dans votre alimentation. Et comme nos pays occidentaux ne désirent pas renoncer aux graisses facilement tartinables, ni pour la cuisson, ni sur le pain, les magasins diététiques sont aussi à même d’offrir l’huile de graines de lin sous une forme aisément tartinable—une graisse tartinable avec environ 30% d’huile de graines de lin [l'Oleolux, dont la recette est donnée ici.]. Vous n’avez pas à acheter cette graisse, mais l’expérience a montré qu’il est plus commode de disposer d’une graisse bénéfique, optimale sous forme tartinable.

Quelques mots sur les graines de lin parce que les risques impliqués sont élevés. Les graisses optimales sont, évidemment, les plus actives par rapport à l’oxygène. Quand les graines de lin sont moulues, les acides gras bénéfiques, c.-à-d. ceux tri-insaturés, les tout meilleurs, vont se gâcher rapidement—en 10 à 15 minutes. Et si vous moulez des graines de lin dans un magasin diététique, le temps de les avoir chez vous, leur bonne qualité aura été détruite et les déchets de l’oxydation sont toxiques, et s'aggravent particulièrement avec le vieillissement (raison pour laquelle il ne faut jamais acheter de graines de lin moulues. [N.d.T.]). La prudence est conseillée avec les graines de lin. Il existe un produit (le Linomel. Malheureusement (voir Google), ce nom désigne aussi une hormone de croissance. [N.d.T.]) qui contient du miel comme conservateur. Et j’estime que les produits contenant du miel comme conservateur pour les graines de lin moulues sont toujours les meilleurs. Manger des graines de lin entières est un gaspillage d’argent parce que le corps ne peut pas en extraire les bons éléments. Si vous surveillez vos digestions, vous l'observerez clairement par vous-mêmes.

La plupart des graines entières ne peuvent pas être digérées et passent simplement à travers le corps et sont ensuite excrétées. D’un point de vue nutritionnel, les graines de lin comme on les trouve dans le Linomel, sont beaucoup plus recommandées. La nourriture devrait être mangée avec plaisir.

Il est facile de mettre en pratique ce que j’ai dit. Vous devez seulement être conscients de là où les graisses cachées, nuisibles peuvent se trouver, peut-être, par exemple, dans des gâteaux, pâtisseries, biscuits, saucisses et charcuterie. Où les poisons respiratoires sous formes de conservateurs peuvent-ils le mieux être évités ? A ce propos, je m’adresse directement à la ménagère—réfléchissez soigneusement. Quand j’étais à Düsseldorf, tandis que je traitais un patient et agissais comme conseiller pour la maisonnée en question, une nouvelle fille débuta dans le service de cuisine. Elle faisait aussi la cuisine et avait travaillé auparavant dans l’industrie de la restauration. Pendant ma première visite, toute la question de nouveaux éléments diététiques sembla lui causer quelques difficultés. A mon retour 14 jours plus tard, cette employée s’était adaptée merveilleusement et avait facilement saisi les principes essentiels. Quand je demandai comment les choses allaient dans la cuisine, la fille répondit : “Vraiment très bien, cela demande juste un peu plus de réflexion.” Les huiles et protéines que je recommande ne sont pas un nouveau schéma pour quelque régime spécial. On expliquera comment ces graisses essentielles, naturellement hautement actives peuvent être réintégrées dans nos habitudes alimentaires et comment faire des repas savoureux avec ces denrées alimentaires riches en graisses saines. De cette façon, les graisses jouent vraiment le rôle principal comme aide efficace dans la prévention de l’infarctus, des maladies du foie et de la vésicule biliaire, de l’artériosclérose et des croissances tumorales. Exprimé encore plus simplement, elles agissent comme une aide vers un style de vie sain.

Lorsque, en 1954, je fis une conférence à Karlsruhe sur ces découvertes scientifiques, un monsieur japonais, le chef du groupe de médecins de Tokyo demanda la permission de parler et il déclara: “Elle a raison. Au Japon, nous disons que le déclin du standard de travail occidental est quelque chose d'interne, d'asphyxiant, amené par ce qu’ils mangent” Nous pourrions rester en bonne santé en usant du privilège humain d’être capable de jugement dans le choix de ce que nous mangeons, afin de maintenir notre santé physique et spirituelle.

La nourriture que nous mangeons n’est pas le seul facteur déterminant pour l’humanité. Le corps, l’âme et l’esprit ont tous leurs fonctions et leurs rôles à jouer, leurs domaines d’influence. Mais le mal qui est fait en mangeant la mauvaise sorte de graisses alimentaires a des répercussions sur tous les domaines de la vie, y compris un fonctionnement mental et spirituel sain. Dans notre monde, cependant, le choix d’une nourriture saine est un des aspects élémentaires de nos vies que nous devrions organiser comme tel. Cet aspect est beaucoup plus important que beaucoup de gens veulent bien l’admettre, dans le monde occidental. Ce ne sont pas ceux qui reconnaissent ce fait qui sont matérialistes dans leur manière de penser, mais ceux qui ne veulent pas renoncer à quelque chose afin d’atteindre un objectif beaucoup plus grand.

Sponsored Links

A lire aussi

 

Copyright © 2004-2017 healingcancernaturally.com and respective authors.
Unauthorized republishing of content is strictly forbidden. Each and every breach of copyright will be pursued to the fullest extent of the law.
Use of this site signifies your agreement to the disclaimer.